Mille milliards!

C'est le coût des armes nucléaires des USA pour les vingt prochaines années.

John Kerry faisait le beau à Hiroshima et parlait d'un monde sans armes nucléaires. Il a quand même dit que la modernisation et l'entretien des bombes atomiques pour les vingt prochaines années seraient de l'ordre de mille milliards… un 1 avec 12 zéros derrières. Le chiffre est tellement gros qu'il est bien difficile à visualiser. Imaginez un peu ce qu'il serait possible de faire avec une telle somme plutôt que cette stratégie de fin du monde…

 

Moi je vote pour planter des arbres. Cela permettrait de planter et d'arroser pour les cinq premières années ( le temps qu'elle devienne autonome) une forêt de 20 mille kilomètres carrés… Disons deux mille kilomètres par 10… de quoi créer un nouveau Nil dans l'ouest du Sénégal vers l'Algérie. Cela retarderait les changements climatiques d'une vingtaine d'année. Le temps d'inventer et de mettre en place de nouvelles stratégies de survie pour les humains.

 

Bon vous me direz que je suis sous effets de morphine et que j'ai des visions. Peut-être, mais c'est ce genre de visions qui peut nous donner de l'espoir et du temps pour agir.

 

Si vous croyez que c'est impossible de réunir de telles sommes, dites vous que l'an dernier les pays ont dépensé 1676 milliards pour les armées. 1676 dont 596 pour les USA et 50 pour la France. 1676 pour tuer des gens, alors moi j'en veux moins de 10% pour les sauver.

 

Traitez moi de rêveur.

 

Commentaires

1. Le jeudi, 14 avril 2016, 11:14 par Bismarck

Peace and trees... Pas sûre que tu fasses recette avec ce beau slogan, même si l'idée paraît excellente. (D'autant que, redonner aux gens le moyen de vivre sur leurs terres éviterait peut-être des conflits, non?)

2. Le jeudi, 14 avril 2016, 13:23 par Sacrip'Anne

C'est vraiment désespérant.

3. Le jeudi, 14 avril 2016, 20:16 par Minka

C'est une bonne idée, ton idée.

4. Le jeudi, 14 avril 2016, 20:27 par Georgia

Des arbres, excellente idée. Et puis des formations en communication (la vraie, hein, pas "la com'") pour qu'on se comprenne mieux et qu'on se fasse du bien, autant que possible, toujours.