Les trois étapes de la vie

Ça fait formule de psycho-pop, mais il reste que…

Ce matin sur la grande Toile, une jeune mère se désole d'avoir perdu patience, et même d'avoir pensé frapper ses enfants… Rassurez-vous, le drame est peut-être important, mais tellement normal, et puis aucun enfant n'a été molesté dans cette expérience. Il manque les accents sur les ou, mais je ne le trouve pas sur le clavier qwertz suisse.

 

Donc et sur un ton pontifiant, il y a trois étapes dans la vie…

 

L'age ou on est élevé : c'est l'age ou on découvre le monde. L'age ou tout est possible… ou tout serait possible si les parents et les formateurs ne nous empêchaient pas de prendre le monde à bras le corps et le changer. La pensée est claire, les évidences sont là et il serait si simple de mettre fin à la bêtise généralisée. Je veux ma liberté! Je veux faire ce que je veux! Laissez moi vivre ma vie et le monde sera meilleur!

 

L'age ou on élève : Moi, je vais faire mieux que mes parents. Oui je vais laisser mes enfants s'exprimer et découvrir le monde, mais je suis aussi responsable, je ne les laisserai pas faire toutes les expériences désastreuses. Je veux que mes enfants soient heureux, aussi je vais leurs donner des outils, mais aussi contrôler ce qu'ils en font. Mais je sais le danger des abus de liberté comme des abus de contrôle.

 

L'age ou on constate qu' on a pas fait mieux… tous les livres de psychologie de pédagogie et une bonne partie des livres de philosophie sont des excuses de n'avoir pas réussi à faire mieux.

 

C'est tout-à-fait normal d'avoir le goût de mettre ses enfants dans des sacs poubelle pour avoir un peu la paix parfois. Parce que les enfants testent souvent ou est la limite, et savoir poser la limite voilà tout l'art de l'éducation. Trop loin, nos enfants seront mésadaptés, trop proche, ils seront frustrés et manqueront de créativité. Je ne prétends surtout pas être un maître, simplement j'ai assez vécu pour le constater.

 

Et puis, j'ai aussi constaté qu'on élève pas nos enfants avec ce qu'on dit, mais avec ce qu'on fait, l'élevage est surtout question d'imitation. Alors nos enfants seront imparfaits comme nous, ce qui est déjà très bien.

Commentaires

1. Le samedi, 2 avril 2016, 13:24 par Sacrip'Anne

Et ainsi tourne la roue des générations ;)

2. Le samedi, 2 avril 2016, 22:03 par Gérard

Eh oui, c'est pour tous un peu pareil. La roue tourne et chaque génération recommence de ce côté de l'Atlantique ou de l'autre qu'on soit de la forêt ou de la ville.
Bises à l'ours