Bonne nouvelle : 30 petits neurones

Ma bonne nouvelle d'hier n'ayant pas fait connu beaucoup de succès, je retente le coup…

La très sérieuse revue ''Neuron '' vient de publier un article fort intéressant et je tenterai de l'expliquer en terme simple. Il y a un petit groupe de 30 neurones ( c'est vraiment tout petit 30 neurones, il y en a autour de 100 milliards dans le corps humain) situé dans l'hypothalamus et responsable de la libération de l'ocytocine, une substance qui joue un rôle majeur dans l'intensité de la réponse à une douleur. C'est sans doute une des raisons importantes qui fait que certaines personnes souffrent beaucoup plus que d'autres.

 

C'est totalement nouveau, on ne connaissait pas le mécanisme de production de l'ocytocine et même son rôle dans le contrôle de la douleur était une hypothèse plus ou moins acceptée. Maintenant c'est confirmé.

 

Comment ça marche? Lorsque que survient une grande douleur, l'information s'achemine par les nerfs jusqu'à la moelle épinière qui la remonte jusqu'à ces 30 petits neurones qui activent des boucles de gros neurones qui vont produire plus ou moins d'ocytocine et l'envoyer dans le sang. L'objectif, dire aux cellules nerveuses périphériques de moins envoyer de messages aux cerveaux, là-haut ils ont compris qu'il y avait un problème. Si le problème est très gros bien sur ça va continuer à faire mal, mais moins. Ce n'est pas un système de tout ou rien, mais de plus ou moins.

 

Il arrive dans des cas de douleurs très grandes que le cerveau décide de tomber en sommeil pour une brève période, mais on ne sait pas encore quel mécanismes sont en cause, et ça m'étonnerait que l'ocytocine comme régulateur de la douleur, cette trouvaille de l'évolution, suffise à expliquer le truc.

 

Je présume que dans une dizaine d'année nous aurons des anti-douleurs très puissants basés sur cette découverte. Et sûrement quelqu'un travaille actuellement sur le lien à faire entre l'ocytocine et les opiacés…

 

Mais ce qui me fascine vraiment dans cette découverte, c'est qu'on jusqu'à présent décrit l'ocytocine comme la molécule de l'attachement. Elle joue un rôle fondamentale dans le lien parents-enfants, et dans le liens entre les amoureux. Il n'y aurait ni plaisir sexuelle, ni éjaculation, ni allaitement sans l'ocytocine. Le père qui touche et s'occupe de son bébé produira plus d'ocytocine et développera de l'amour pour le nourrisson alors que celui qui ne s'en occupe pas le considérera comme un emmerdement, une autre tâche nécessaire sans plus.

 

Est-ce pour cela que la relation sexuelle chez les félins est si douloureuse chez les femelles, histoire de lui faire produire plus d'ocytocine? Comment le cerveau humain gère chimiquement la peine d'amour? Je ne sais pas, mais ça pose des grosses questions.

 

On vient d'ouvrir une porte importante dans la compréhension du monde… il y a probablement un lien entre la douleur et l'attachement.

 

Commentaires

1. Le jeudi, 10 mars 2016, 15:26 par Nan0uk

Je crois que toutes les mères le savent instinctivement, elles qui serrent si fort leurs petits au moindre bobo - physique ou psychologique.
Bisous, l'ours.

2. Le jeudi, 10 mars 2016, 16:52 par Sacrip'Anne

S'attacher, c'est prendre le risque de perdre l'autre ou de le voir souffrir. Regarde le renard du Petit Prince. "J'y gagne à cause de la couleur des blés."

Oui, il y a un lien. Un lien qu'on voudrait ne jamais éprouver mais qui nous rend si vivants.

3. Le jeudi, 10 mars 2016, 16:53 par Dame Ambre

Oh ! Mais c'est une avancée formidable concernant les douleurs chroniques alors ?

4. Le jeudi, 10 mars 2016, 17:41 par Moukmouk

Dame Ambre--) sans doute on réduira aussi les douleurs chroniques, sauf qu'il y a probablement d'autres mécanismes... mais c'est un grand pas.

Sacrip'anne--) très juste, les notions de douleur et de survie sont très liées. On le sait parce que c'est évident mais savoir comment ça fonctionne... c'est l'important de la découverte

Nanouk--) la science découvre ce que les parents savent d'instinct depuis longtemps