Reprise du dimanche : Kwakwawe

Je ne sais pas pourquoi ce billet rencontre moins de succès, mais c'est un de mes préférés. Peut-être est-il trop compliqué à lire avec les sons de la langue Kwakiutl, et que je devrais le réécrire pour qu'il soit plus clair. Mais la voix de l'épaulard me parlant de l'Oiseau-Tonnerre me bouleverse. Et pour Kinka qui me le demande...

Il y a des légendes de l’Oiseau-Tonnerre partout en Amérique. Mais l’origine vient certainement de la culture Aïda et probablement du peuple Kwakiutl, les fils de l’Oiseau. En voici ce que je pense la version originale.

Il y a longtemps les hommes se battaient beaucoup entre eux. Chacun d’eux disait que telle terre, telle rivière lui appartenait et que seul lui avait le droit de chasser ou de pêcher là. Alors plutôt que de chasser et de pêcher, ils se battaient entre eux si bien qu’il n’y avait plus de nourriture pour personne et que la survie de tous était menacée.

Alors un grand nuage noir est monté dans le ciel. Un vent énorme et une terrible grêle brisait tout, renversant les tentes, coulant les canots, détruisant les récoltes. Les hommes se sont réunis, sur la place du village, se demandant que faire. Alors est monté de la mer un immense oiseau, chacune de ses ailes avait la longueur de deux canots de guerre, de sa bouche sortaient des bruits énormes et ses yeux lançaient des flèches de lumière vibrante qui frappaient le sol. Les hommes terrifiés se sont couchés par terre pensant la fin du monde arrivée.

L’Oiseau-Tonnerre passa au-dessus du village et le battement de ses ailes faisaient naître des tornades. Mais plus étonnant encore, il tenait dans ses énormes serres, un épaulard vivant. L’Oiseau retourna à la mer pour déposer l’épaulard et revint au village en disant ceci : « La Terre est à la Terre, la Mer est à la Mer. Je serai le gardien de la Terre, et mon frère épaulard sera le gardien de la Mer. Nous ne possèderons rien, et si jamais un objet nous arrive, nous le donnerons à nos ennemis pour que la paix soit, et que tous puissent profiter de ce que la Terre et la Mer nous donne pour nous nourrir. »

Oeuvre de l’Artiste Kwakiutl Joe Wilson

C’est ainsi qu’est née la cérémonie du Potlash, et la paix entre les humains.

Je le sais parce que c’est Kawkwawé (celui qui parle la langue des Ailés en Kwakiutl) qui nous l’a dit. En voici le début :

Kawkwawé je suis, Kawkwawé dit : un grand nuage noir est monté dans le ciel… (On pourrait écrire aussi Caoukouaoué, et c’est vrai que son langage me fait penser à la langue de l'aigle.)

Commentaires

1. Le samedi, 15 mars 2008, 22:21 par la Mère Castor

Si jamais un objet nous arrive, nous le donnerons à nos ennemis pour que la paix soit... Tout le monde a oublié ça depuis belle lurette, dans notre monde de sauvages. Une belle image et du son, tu nous gâtes.

2. Le samedi, 15 mars 2008, 22:25 par Lune

J'ai dû chercher ce qu'était la cérémonie du Potlash ; stupéfiant son interdiction !
Sinon, je suis en amour de l'illustration. J'ai eu un coup de foudre il y a très longtemps, à Seattle, pour ce style de dessin. La légende qui va avec le rend encore plus beau.

3. Le samedi, 15 mars 2008, 23:24 par Kinkapricone

Un bien beau billet avec une parfaite illustration sonore et visuelle,
Un grand nuage noir... oui c'est ce qui se profile à l'horizon.
J'en rêve souvent...
Espérons qu'il amène autre chose que du mauvais temps.
J'aimerais tant qu'un grand oiseau aux ailes d'arc-en-ciel vienne enfin répandre la paix sur le monde
et qu'un gros cétacé chante si fort un hymne à la fraternité que tous les peuples en guerre déposeront aussitôt leurs armes pour l'écouter.

4. Le dimanche, 16 mars 2008, 14:57 par Saveur

et dire que mon serveur de messagerie s'appelle Thunderbird.... Je n'avais pas fait le lien !

5. Le dimanche, 16 mars 2008, 15:11 par Moukmouk

Saveur--) Oui l'Oiseau-Tonnerre est le message de l'autre monde.

Kinka--) La vision du monde dans ce conte n'est pas causale mais structurelle. Il y a un état des choses et il faut un grand nuage noir, que les forces qui s'opposent, déforment la structure vers un nouvel équilibre. Oui nous sommes près d'un changement.

Lune--) Dans la culture occidentale, l'individu est défini par ses propriétés et sa fonction. Le Potlash dit que l'individu se définit par sa rigueur morale. C'est un principe totalement inacceptable pour la société dite développée.

Mère Castor--) sauvage vient de Sylvia= Forêt. Je ne sais pas si je le mérite, mais c'est un titre que je revendique. Toi aussi d'ailleurs par ton totem.

6. Le dimanche, 16 mars 2008, 15:17 par Amsides

J'adore aussi ce type de dessin "ethnique", si je puis dire.. J'avais été fasciné par ces dessins, mais aussi les histoires qu'ils racontent lors de ma visite à Vancouver il y a une paire d'années.
Merci à toi donc!

7. Le dimanche, 16 mars 2008, 16:05 par Moukmouk

Amsides--) Je préfère le terme "culture" à celui d'ethnie. Ceux du saumon, les gens qui habitent la cote du Pacifique... On peut les diviser en multiples ethnies, particularités linguistiques, et les pouvoirs politiques de la société dominante utilisent largement cette technique pour empêcher la naissance d'une force d'opposition. Par exemple, les différences entre les Aïdas et les Kwakiutl sont beaucoup plus régionales qu'ethnique. Et j'ai bien noté que tu as mis le mot entre parenthèse, mais actuellement ce mot est un ennemi.

8. Le dimanche, 16 mars 2008, 21:26 par Amsides

Ouaip, j'ai mis des guillemets car je n'arrivai pas à trouver le mot adéquat.. J'hésitai avec "culturel" effectivement mais aussi avec "tribal", bien que ce terme fasse plutôt penser aux peuples du pacifique..

9. Le samedi, 22 mars 2008, 11:55 par zizule

c'est curieux : on retrouve aussi ici une sorte de Déluge. Il parait qu'on en trouve un dans les légendes de toutes les civilisations à toutes les époques.

10. Le samedi, 22 mars 2008, 14:20 par Moukmouk

Zizules--) Sur la cote du Pacifique, où habite les Kwakiutl, il y a un déluge au 5 ans et un tsunami au 7 ou 8 ans, sans compter les volcan particulièrement explosif ( le St-helen entre autres).

Amsides--) je sais qu'il faudrait faire une définition du mot "tribu" mais je pense qu'il définit d'abord un concept né en Mésopotamie. Le concept de tribu pour décrire des groupes sociaux en Amérique et en Océanie me semble une analogie.