Ijjilik le sage

Il faut étudier la sagesse des loups. Ils ont tant à nous apprendre sur la survie du Monde. Ils ont tant à nous apprendre sur nos responsabilités. Parlons donc du plus sage des conseillers de Mahyénipigane.

J’ai quelques fois parlé de Mahyénipigane, la mère de clan des marcheurs de la Korksoak. Rappelez-vous sa version du renard et du Corbeau, la présentation d’Ilaquk son premier gardien ou de sa résidence. J’aimerais vous présenter Ijjilik le sage.

Ijjilik cela veut dire Ciel froid. Dans vos Sud, cela ne veut pas dire grand-chose. Mais en Arctique, le ciel devient parfois d’un bleu très profond, un temps sans vent et très froid. On sait alors que la tempête vient, qu’il faut tout de suite se protéger. Je voudrais être comme Ijjilik, annoncer la tempête parce qu’elle vient.

Bien sûr, il porte ce nom parce que c’est lui qui déclenche la course des loups. Cela se terminera par la mort du caribou le plus faible, celui qui accepte de se sacrifier pour la suite du Monde.

Je l’ai connu en 1990, il était alors gardien de la mère de clan de l’époque, un loup superbe, pas aussi grand que certains de ses chasseurs, mais respecté parce qu’il savait déjà rendre la chasse fructueuse. Il est donc un très vieux loup…

Il n’y a presque plus de brun dans son poil, sa barbe est toute blanche, et même le gris de son dos devient de plus en plus blanc. Il ne court plus, ses pattes refusent. Il ne mord plus ses dents sont trop usées. Il doit accepter la viande qu’on déchire pour lui. On lui laisse la majorité du foie et du cœur, parce que c’est tendre et surtout qu’il y a beaucoup des vitamines dont il a besoin.

Depuis longtemps, il aimerait aller dormir dans la neige, puisqu’il n’est plus utile à son clan, pourquoi continuer à vivre? Cela le soulagerait de toutes ces douleurs qui font que même penser est pénible. Mais il n’en a pas la permission, son savoir est trop grand, ses ruses toujours subtiles, et ces yeux voient encore plus loin que les autres. Peut-être qu’à force d’avoir vu le passé, il peut aussi voir l’avenir.

Avant il portant la tête haute et la queue bien droite. Maintenant, sa tête est basse et comme une timidité s’est emparée de tous ses gestes. Il ne regrette pas son ancienne force. Il sourit en se souvenant des grandes courses, de la joie de mener la chasse, de mordre la patte qui fera tomber la bête…

Je me doute bien que je l’ai vu pour la dernière fois, le terrible hiver aura raison des réticences des autres à le voir partir. Je lui ai donc demandé : « Vieux maître, qu’est-ce qu’une aussi longue vie vous a appris de plus précieux? »

Sa réponse : « l’expérience ne fait pas augmenter la connaissance, mais la qualité du doute ».

Commentaires

1. Le dimanche, 15 octobre 2006, 22:10 par TT02

Excellent, "l'expérience ne fait pas augmenter la connaissance, mais la qualité du doute", une certaine plénitude aussi dès fois.

2. Le dimanche, 15 octobre 2006, 22:38 par Candy Froggie

c'est un peu triste, on sent la fin de l'histoire proche pour Ijjilik... merci de nous avoir permi de l'approcher un peu, à travers tes mots.

3. Le lundi, 16 octobre 2006, 03:45 par Moukmouk

Candy Froggie--) La fin de l'histoire comme tu dis, est-ce vraiment triste? je ne crois pas que pour lui ce le soit. Bien sur, la vie c'était chouette, mais justement c'était... la vie d'un loup tire son sens de son engagement envers son groupe, son clan. Quand on ne peut plus profiter et faire profiter de cette engagement pourquoi continuer? est-ce si différent pour les hommes?

4. Le lundi, 16 octobre 2006, 09:36 par Laflote

T'as de beaux yeux, tu sais, Ijjilik... :-)

5. Le lundi, 16 octobre 2006, 10:12 par Candy Froggie

(hm, en fait oui en te lisant je me disais même que ce serait pas si mal de s'endormir un bon coup pour lui... si je trouvais cela un peu triste, c'est parce qu'on s'attache malgrè nous à toutes ces magnifiques créatures dont tu nous parles, à leur histoire :)
Et oui, pour les hommes, ce n'est pas si différent, c'est vrai)

6. Le lundi, 16 octobre 2006, 10:42 par Anne

C'est une réponse bien sage, en effet.

Alors par le biais de ces quelques pixels et par l'intermédiaire de ton souvenir de lui, je lui dis au revoir...

7. Le lundi, 16 octobre 2006, 15:30 par nziem

je ne peux pas m'empêcher de ressentir une profonde tristesse dès qu'il s'agit de fin de vie.. Ton post me fiche un énorme coup de cafard ! j'ai beaucoup à apprendre des loups à ce sujet.. je suis loin d'avoir leur sagesse....

8. Le lundi, 16 octobre 2006, 15:51 par Moukmouk

Nziem--) nous avons des tas d'anti-douleur de calmant de pillules pour ci et pour ça qui rend la vieillesse supportable. mais nos vieux se meurent du fait de ne plus avoir de place dans la communauté.
Pour un loup ce qui reste pour lui à la fin de la vie, ce n'est pas sa vie mais ce qu'il a fait pour sa meute. Encore une fois, est-ce bien différent pour les hommes?

9. Le lundi, 16 octobre 2006, 16:35 par Dam

"l’expérience ne fait pas augmenter la connaissance, mais la qualité du doute"
Je vais garder ça dans un coin de ma tête pour le relire en rêve de temps en temps.

Toujours de belles lectures sur ce petit coin de Grand Blanc.